Rechercher un terme


Affichage des termes 1 à 25 sur un total de 80

Prélèvement d'eau

Mis à jour le 15/03/2019
Définition
Sens commun

Extraction d'eau d'une source souterraine ou de surface, de manière permanente ou temporaire, et transportée à son lieu d'usage. Les prélèvements d'eau regroupent l'ensemble des prélèvements liés aux activités générées par l'agriculture, l'industrie (y compris de l'énergie), l'alimentation en eau potable, ou autre (source d'eau minérale autorisée, production de neige artificielle, etc.).

Source
d'après AFB, OIEau, SOeS et OCDE

Alimentation artificielle de nappe

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Action de l'homme consistant à apporter de l'eau à une réserve aquifère souterraine. L'alimentation artificielle d'une nappe peut servir à régulariser les ressources en eau en la stockant, à épurer des eaux usées ou à reconstituer des nappes déprimées (en volume ou en pression) par l'exploitation, mais également à limiter ou repousser les intrusions salines dans les nappes littorales afin d'assurer la pérennité de leur qualité. Elle s'effectue par infiltration à partir d'ouvrages de surface (bassins, fossés) ou par injection par des forages et des puits.

Source
d'après BRGM

Barrage souterrain

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Ouvrage de rétention des eaux dans le sous-sol.

Source
d'après OIEau

Bilan hydrologique

Mis à jour le 13/04/2021
Définition
Sens technique

Bilan d'évolution des ressources en eau (les débits des cours d'eau, le niveau de nappes, les pluies efficaces) d'un territoire (par exemple un bassin versant) basé sur des différentes formes de transfert de la lame d'eau tombée soit par évapotranspiration, écoulement, infiltration et alimentation des nappes souterraines.

C'est l'aspect comptable du terme bilan qui prévaut en hydrologie, que ce soit au niveau des bilans hydriques ou hydrologiques , deux termes qui sont trop souvent confondus. Le bilan hydrologique se situe à l'échelle du bassin versant (quelle que soit sa taille), considéré comme un système fermé, dont on peut résoudre l'équation de base :

P = Q + ETR + DR

Equation valable à n'importe quel intervalle de temps, mais qui n'a d'intérêt qu'utilisée dans un intervalle ayant une signification hydrologique (année hydrologique  ; épisode de crue ; saison hydrologique...).

P désignant la hauteur d'eau précipitée sur le bassin versant, Q la lame d'eau écoulée par le réseau hydrographique, ETR la tranche d'eau retournée à l'atmosphère par évapotranspiration et DR les…

Source
d'après OFB et Comité national français des Sciences Hydrologiques

Champ d'épandage

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens technique

Zone recevant, par un réseau de canalisations enterrées, les eaux clarifiées sortant d'une fosse toutes-eaux et présentant des conditions favorables à l'épuration et l'évacuation des eaux épurées vers les couches plus profondes du sous-sol.

Source
d'après Alpes Géo Conseil

Décontamination de nappe

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Action visant à éliminer une pollution de l'eau souterraine. Une décontamination de nappe peut se faire par différentes approches (physiques, chimiques ou biologiques), in situ (directement sous terre) ou ex situ (pompage, traitement puis réinjection de l'eau).

Source
d'après UPJV

Echange nappe rivière

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Echange d'eau dans un sens ou dans l'autre entre une nappe et un cours d'eau. Suivant le niveau de la ligne d'eau, et les saisons, la nappe alimente le cours d'eau ou est alimentée par celui-ci, notamment lors des inondations. Dans le cas de karst ces relations sont importantes et localisées.

Source
d'après AFB

Hydraulique souterraine

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens technique

Branche de l'hydraulique qui étudie l'écoulement gravitaire naturel (d'une nappe) ou provoqué (par drainage ou pompage, par exemple) de l'eau souterraine libre dans les milieux perméables, sous l'effet d'un gradient de charge ou de

Source
d'après OIEau

Remontée de nappe

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Mouvement ascendant du niveau de la nappe ou de la surface piézométrique dû à une réalimentation faisant suite à une période d'épuisement.

Source
d'après Unesco

Restauration de nappe

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens technique

Intervention corrective visant à améliorer la qualité des eaux d'une nappe souterraine.

Source
d'après Ministère chargé de l'environnement

Rivière phréatique

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Cours d'eau dont le débit provient majoritairement de la nappe phréatique qu'il draine.

Source
d'après CNFSH

Rivière souterraine

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Cours d'eau passant à travers une très grande cavité (par exemple une grotte ou une caverne) ou un ensemble de grandes cavités communicantes.

Source
Unesco

Source

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Eau sortant naturellement du sol.

Source
d'après dictionnaire Larousse

Vulnérabilité de nappe

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens technique

Risque d'infiltration de polluants issus de la surface, à travers le sol et la zone non-saturée. La vulnérabilité des nappes est intrinsèque : elle dépend du contexte topographique (pente du terrain), pédologique (perméabilité), géologique (perméabilité, épaisseur). Une nappe captive, recouverte par une formation peu perméable (souvent des argiles) est peu vulnérable en comparaison d'une nappe libre.

Source
D'après BRGM

Protection de nappe

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens technique

Ensemble de réglementations et de dispositions prises pour protéger les ressources en eau souterraine.

Source
d'après ARS Occitanie

Rejet en sous-sol

Mis à jour le 08/03/2019
Définition
Sens commun

 

Déversement d'effluents ou de polluants sur le sol ou infiltration dans les sous-sols.

Source
d'après Ministère chargé de l'environnement et Brgm

Bassin sédimentaire

Mis à jour le 25/02/2019
Définition
Sens commun

Portion de croûte terrestre sur laquelle s'est déposée, ou se déposent encore, de nombreuses couches de sédiments, produits de l'altération de roches préexistantes. Au cours du temps, l'accumulation importante de sédiments entraîne l'enfoncement de la zone de dépôt, et permet l'amoncellement de nouvelles couches formant alors un bassin sédimentaire.

Source
d’après CNRS

Perméabilité

Mis à jour le 03/02/2020
Définition
Sens commun

Propriété d'un milieu solide poreux de se laisser traverser par l'eau.

Source
d'après Dictionnaire français d'hydrologie de surface
Sens technique

Propriété d'un corps, d'un milieu solide - notamment un sol, une roche - à se laisser pénétrer et traverser par un fluide, notamment l'eau, sous l'effet d'un gradient de potentiel. Paramètre exprimant quantitativement cette propriété, relativement aux caractéristiques du fluide, notamment l'eau : flux pouvant passer à travers une section unitaire du milieu considéré, sous l'effet d'une unité de gradient de charge hydraulique, dans des conditions déterminées de pression et de température (grandeur homogène à une vitesse, notée K).

Source
D'après CNFSH et Jean Margat (hydrogéologue)

Hydrosphère

Mis à jour le 25/02/2019
Définition
Sens commun

Ensemble des eaux de la planète, comprenant aussi bien les océans, les mers, les lacs et les cours d'eau que les eaux souterraines et les glaces.

Source
d'après Brgm et AFB

Zone non saturée

Mis à jour le 25/02/2019
Définition
Sens commun

Zone du sous-sol non complètement saturée en eau (coexistence de l'eau et de l'air dans les interstices de la roche) au-dessus de la surface d'une nappe libre et où les écoulements se font de manière verticale.

Source
d'après Brgm et AFB

Loi n° 2004-338 du 21 avril 2004 portant transposition de la directive 2000/60/ CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau

Mis à jour le 28/04/2021
Définition
Sens réglementaire

Loi de transposition de la directive-cadre sur l'eau de 2000 (DCE), qui harmonise la réglementation européenne en matière de gestion de l'eau et instaure l'obligation de protéger et restaurer la qualité des eaux et des milieux aquatiques dans l'ensemble de l'Union européenne. Des objectifs environnementaux doivent ainsi être fixés pour tous les milieux aquatiques (rivières, lacs, eaux littorales - eaux côtières et de transition - et souterraines) à l'horizon 2015 : l'atteinte du bon état* des eaux, la non détérioration des ressources et la réduction ou la suppression des rejets de substances dangereuses. La nouveauté de la notion de « bon état » repose désormais sur le bon fonctionnement des milieux aquatiques prenant en compte l'ensemble des compartiments constitutifs des milieux : l'eau, la faune, la flore et les habitats.

Source
d'après OFB, Légifrance et OiEau

Mesures naturelles de rétention d’eau (MNRE)

Mis à jour le 14/09/2020
Définition
Sens commun

Les MNRE sont des modifications directes des écosystèmes, ou des changements et adaptations de pratiques ayant pour effet d’augmenter la rétention d’eau dans un bassin versant en améliorant et restaurant la capacité de rétention d’eau des sols, des écosystèmes aquatiques et des aquifères. Les mesures sont mobilisables de manière combinée dans un bassin versant, et peuvent contribuer simultanément à de nombreux objectifs :

-Prévenir les risques d’inondation ;

-Réduire les déficits quantitatifs ;

-Contribuer à améliorer la qualité des eaux ;

-Restaurer des habitats aquatiques et humides ;

-Modifier les pratiques agricoles et sylvicoles.

Elles constituent pour un certain nombre d'entre elles des solutions fondées sur la nature (SfN).

Source
d'après OFB, OIEau

Anoxie

Mis à jour le 27/04/2021
Définition
Sens commun

Diminution de l'oxygène dissous ou présent et biodisponible dans le milieu (sol, sédiment, eau, atmosphère..).

En écologie et hydrobiologie, la  diminution de l’oxygène dissous dans l’eau peut créer des mortalités de poissons importantes dans les milieux aquatiques

Source
d'après Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse
Sens technique

Absence d'oxygène. Dans un milieu anoxique, le maintien de la respiration aérobie est impossible, par conséquent, la vie se limite à la présence d'organismes dont le métabolisme est assuré par d'autres mécanismes (fermentation, respiration anaérobie comme la sulfato-réduction, la photosynthèse bactérienne ...). Un milieu oxique est au contraire un milieu bien oxygéné.

Source
d'après Ifremer