Rechercher un terme


Affichage des termes 1 à 25 sur un total de 106

Anthropisation

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Processus par lequel les populations humaines modifient et transforment l'environnement naturel (déforestation, élevage, urbanisation, activités industrielles, etc. figurent parmi les principaux facteurs d'anthropisation).

Source
d'après dictionnaire Larousse

Réhabilitation paysagère

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens commun

Réaménagement d'une zone artificialisée, possiblement à l'état de friche, afin de la rendre praticable et attractive pour les riverains tout en l'intégrant dans le paysage.

Source
d'après ONF

Artificialisation

Mis à jour le 07/03/2019
Définition
Sens commun

Fait pour un milieu ou un paysage de passer d'un état relativement naturel à un état modelé par l'homme.

Source
d'après IFREMER

Artificialisation des sols

Mis à jour le 09/11/2021
Définition
Sens commun

Transformation d'un sol à caractère naturel ou agricole par des actions d’aménagement, pouvant entraîner son imperméabilisation totale ou partielle. Ce changement d'usage des sols, le plus souvent irréversible, a des conséquences qui peuvent être préjudiciables à l'environnement et à la production agricole. Les surfaces artificialisées regroupent l’habitat et les espaces verts associés, les zones industrielles et commerciales, les équipements sportifs ou de loisirs, les réseaux de transport, les parkings ou encore les mines, décharges et chantiers.

 

 

 

Source
d'après Ministère en charge de l'environnement, OFB, et Insee
Sens technique

Phénomène qui consiste à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…). En France comme dans d’autres pays, du fait de l'étalement de notre urbanisation et de nos infrastructures, l'artificialisation des sols augmente.

Cette réduction du sol naturel est préjudiciable à la biodiversité, au climat et à la vie terrestre en général : Accélération de la perte de biodiversité ; Réchauffement climatique ; Amplification des risques d'inondations ; perte de productivité agricole ; Accroissement des dépenses liées aux réseaux (routes, électricité, assainissement) ; Ajout d’autre nuisance à la biodiversité …

Source
d'après Ministère en charge de l'environnement et OFB

Recalibrage

Mis à jour le 17/04/2019
Définition
Sens commun

Intervention sur une rivière consistant à reprendre en totalité le lit et les berges du cours d'eau dans l'objectif prioritaire d'augmenter la capacité hydraulique du

Source
d'après Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse
Sens technique

Élargissement et approfondissement du cours d’eau. Les berges sont totalement découpées et reprofilées, en général à 45° minimum. Les écoulements se font alors dans le fond d’un « fossé anti-char », de manière linéaire sans que la moindre diversité d’habitat ne puisse se recréer. Ainsi transformés, les cours d’eau font alors également office d’exutoire pour les collecteurs de drains, et accélèrent les écoulements, pouvant provoquer, dans les régions où ces dispositifs sont nombreux, des inondations à l’aval lors des épisodes de pluie importants.

Source
d'après France Nature Environnement

Plan Local d'Urbanisme (PLU)

Mis à jour le 07/03/2019
Définition
Sens technique

Document d'urbanisme communal créé par la loi SRU du 13 décembre 2000, remplaçant le plan d'occupation des sols, le plan local d'urbanisme (PLU) fixe les règles de l'utilisation des sols. Il peut de plus contenir les projets d'urbanisme opérationnel tels que l'aménagement de quartiers existants ou nouveaux, d'espaces publics ou d'entrées de villes, etc. Les PLU doivent être compatibles ou rendus compatibles, dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales d'une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux définis par les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (

Source
d'après Ifremer

Rectification

Mis à jour le 07/03/2019
Définition
Sens technique

Modification du tracé en plan du cours d'eau (raccourcissement d'une portion de cours d'eau sinueux ou méandriforme) permettant d'accroître sa capacité d'évacuation par augmentation de la vitesse du courant.

Source
d'après AFB

Renaturation d'un milieu

Mis à jour le 07/03/2019
Définition
Sens commun

Intervention visant à réhabiliter un milieu plus ou moins artificialisé vers un état proche de son état naturel d'origine. La renaturation se fixe comme objectif, en tentant de réhabiliter notamment toutes les caractéristiques physiques du milieu (reméandrage d'une rivière recalibrée par exemple), de retrouver toutes les potentialités initiales du milieu en terme de diversité biologique, de capacité autoépuratrice etc. Plus ambitieuse que la

Source
d'après Agence de l'eau Rhin-Meuse

Annonce de crue

Mis à jour le 08/04/2020
Définition
Sens commun

Avertissement diffusé à l'avance par les services de prévision des crues départementaux. En cas d'alerte pluviométrique ou hydrologique, une annonce de crue est en effet adressée au Préfet, qui met alors en alerte les maires des bassins versants concernés.

Source
d'après OFB
Sens technique

Avertissement diffusé à l'avance par un service spécial de l'État (service de prévision des crues : SPC). En cas d'alerte pluviométrique ou hydrologique (déclenchement sur dépassement de seuils), le service de prévision des crues propose au Préfet la mise en alerte des maires des bassins versants concernés. Au fur et à mesure d'une crue à débordement grave, le service d'annonce des crues diffuse, à l'intention des préfets et des maires, des bulletins de situation hydrologique et d'information sur l'évolution des hauteurs d'eau. En 1994, 54 services d'annonce des crues surveillent en France 16.000 km de cours d'eau à l'aide de réseaux de…

Source
d'après Ministère chargé de l'environnement et OFB

Indice biologique macrophyte en rivière (IBMR)

Mis à jour le 26/03/2019
Définition
Sens technique

Indice déterminant le statut trophique des rivières. Applicable aux parties continentales des cours d'eau, il traduit essentiellement le degré de trophie (processus d'alimentation des organes et tissus des plantes) lié à des teneurs en ammonium et orthophosphates, ainsi qu'aux pollutions organiques les plus flagrantes.

Source
d'après DREAL Pays-de-la-Loire

Pêche à l'électricité

Mis à jour le 08/10/2021
Définition
Sens commun

Méthode de pêche scientifique des poissons - au moyen d'un courant électrique - qui vise à déterminer les peuplements piscicoles des cours d'eau. La méthode consiste à générer un courant électrique, qui attire les poissons : paralysés par le champ magnétique, ils remontent à la surface, ce qui permet de les dénombrer. La paralysie n'est cependant que momentanée : une fois les analyses effectuées, les poissons rejoignent le cours d'eau. L'usage de cette méthode est strictement interdit dans le cadre de la pêche récréative ou professionnelle.

Source
d'après dictionnaire encyclopédique de la diversité biologique et de la conservation de la nature, OIEau et AFB
Sens technique

Moyen efficace pour dénombrer les espèces aquatiques. Sur un tronçon défini à l’avance, les équipes de pêche remontent le cours d’eau, munis d’électrodes pour étourdir les poissons et d’une épuisette pour les capturer. Cette méthode doit obéir à un protocole normalisé afin que les données soient comparables d’une année sur l’autre. Les poissons sont ensuite transférés à l’atelier de biométrie pour être comptés et regroupés par espèces. Ils sont également mesurés et pesés.Ces données permettent de déterminer précisément l’état des populations de poissons dans la rivière et sont utiles pour évaluer l’état écologique du cours d’eau, suivre l’efficacité des actions de gestion ou orienter les politiques piscicoles.

 

Source
d'après OFB

Parc national

Mis à jour le 08/03/2019
Définition
Sens commun

Zone remarquable du territoire qui a été classée en « parc national » du fait de sa richesse naturelle exceptionnelle, du point de vue de la qualité paysagère et du patrimoine naturel, historique ou culturel. La création d'un parc national nécessite une labellisation par l'État. Il engendre généralement une réglementation spécifique de protection de la faune et de la flore.

Source
d'après OFME

Parc naturel régional (PNR)

Mis à jour le 10/10/2019
Définition
Sens commun

Un parc naturel régional est un territoire à dominante rurale reconnu au niveau national et/ou international pour sa valeur patrimoniale, culturelle et paysagère. Ainsi, l'obtention de la marque "Parc naturel régional" se fait par décret et se justifie sur certains critères. Les parcs naturels régionaux sont créés afin de mettre en place un projet concerté de développement durable fondé sur la protection et la valorisation du patrimoine naturel et culturel d’un territoire. Il y a aujourd’hui 54 Parcs naturels régionaux en France, qui représentent 15 % du territoire français, plus de 4400 communes, plus de 9,3 millions d’hectares et près de 4,1 millions d’habitants.

Source
d'après PNR

Analyse

Mis à jour le 08/03/2019
Définition
Sens technique

Examen méthodique permettant à la fois d'identifier et de quantifier les différents composants d'une eau, mais aussi d'évaluer ses caractéristiques et son état, au regard de critères spécifiques. Cet examen repose sur le suivi de protocoles précis, adaptés aux différents paramètres contrôlés.

Source
d’après OIEau

Dispositif d’autosurveillance

Mis à jour le 25/02/2019
Définition
Sens commun

Système de surveillance généralement imposé qui permet le contrôle du bon fonctionnement ou de l'impact d'ouvrages (stations de traitement, industries, par exemple). Les dispositifs d'autosurveillance concernent de manière générale le suivi de la qualité de l'eau aux exutoires des installations classées pour l'environnement (ICPE), le suivi des stations de traitement des eaux usées et des réseaux d'assainissement.

Source
d'après AFB

Etablissement public d’aménagement et de gestion des eaux (EPAGE)

Mis à jour le 08/03/2019
Définition
Sens technique

Groupement de collectivités territoriales constitué à l'échelle d'un bassin versant d'un fleuve côtier sujet à des inondations récurrentes ou d'un sous-bassin hydrographique d'un grand fleuve en vue d'assurer, à ce niveau, la prévention des inondations et des submersions ainsi que la gestion des cours d'eau non domaniaux. Cet établissement comprend notamment les collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre compétents en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations. Son action s'inscrit dans les principes de solidarité territoriale, notamment envers les zones d'expansion des crues, qui fondent la gestion des risques d'inondation.

Source
d’après OIEau

Macropolluant

Mis à jour le 08/03/2019
Définition
Sens commun

Ensemble comprenant les matières en suspension, les matières organiques et les nutriments, comme l'azote et le phosphore. Les macropolluants peuvent être présents naturellement dans l'eau, mais les activités humaines en accroissent les concentrations (rejets d'eaux usées, industrielles ou domestiques, ou pratiques agricoles). Par opposition aux micropolluants, toxiques à très faibles doses, l'impact des macropolluants est visible à des concentrations plus élevées.

Source
d’après SOeS

Micropolluant minéral

Mis à jour le 25/02/2019
Définition
Sens commun

Produit actif minéral - principalement des métaux ou des métalloïdes - dont l'accumulation, même à des concentrations infimes, impacte le milieu et les organismes. Les principaux micropolluants minéraux suivis (dont la présence peut être naturelle ou d'origine anthropique) sont le cadmium, le mercure, le cuivre, le chrome, le zinc, le nickel et le plomb.

Source
d’après Agence de l’eau Seine-Normandie

Micropolluant organique

Mis à jour le 25/02/2019
Définition
Sens commun

Produit actif organique - le plus souvent synthétisé par l'industrie chimique - dont la présence, même à de très faibles concentrations, peut s'avérer toxique. Les principaux micropolluants organiques suivis sont les organo-halogénés volatils (OVH), les hydrocarbures et les polychlorobiphényles (PCB).

Source
d’après Agence de l’eau Seine-Normandie

Physico-chimie

Mis à jour le 08/03/2019
Définition
Sens technique

Caractéristiques physiques et chimiques d'une eau. Lors de l'analyse d'un échantillon d'eau, les paramètres observés sont assez nombreux, et leur ensemble permet de rendre compte de la qualité physico-chimique de l'eau, qui conditionne le maintien de la biodiversité. Parmi les paramètres les plus étudiés, on retrouve par exemple la température, la turbidité, la concentration en matières organiques, minérales, azotées, etc.

Source
d’après Ministère chargé de l’environnement

Loi n° 64-1245 du 16 décembre 1964 relative au régime et à la répartition des eaux et à la lutte contre leur pollution

Mis à jour le 02/03/2021
Définition
Sens réglementaire

Afin de faire face à l'évolution de la démographie, au développement industriel et aux problèmes de pollution grandissants qu'ils génèrent, première loi créant les conditions institutionnelles, financières et techniques d'une gestion globale et décentralisée de la ressource en eau. Elle instaure ainsi : une logique de gestion selon les  six grands bassins hydrographiques (et non selon une logique administrative) ; la création, dans chaque bassin, d'un comité de bassin chargé d'élaborer la politique de gestion de l'eau, et d'une agence de l'eau (ou agence financière de bassin…

Source
d'après Légifrance et OiEau